Aller au contenu principal
Bande de bleuets au bord de la route du Chemin des Dames (Aisne)
[Chemin des Dames] Bleuets au bord de la RD 18 - CD, juil. 2007
A-
A
A+
Retour

Que faire lorsqu'on découvre un engin explosif ?

Attention danger !

Le centenaire de la Grande Guerre n’est pas qu’une affaire de commémorations. Les conflits ont laissé des souvenirs explosifs dans le sous-sol français. Au rythme actuel, il faudra 700 ans pour dépolluer les sols et faire oublier la Grande Guerre.

Signalez les engins de guerre aux autorités compétentes (Mairie, gendarmerie, ONF) : ils tuent encore !
Signalez les engins de guerre aux autorités compétentes (Mairie, gendarmerie, ONF) : ils tuent encore !
Grenades à fusils de la Première Guerre mondiale
Grenades à fusils de la Première Guerre mondiale
Grenades allemandes de la Première Guerre mondiale
Grenades allemandes de la Première Guerre mondiale
Grenades alliées de la Première Guerre mondiale
Grenades alliées de la Première Guerre mondiale
Grenades de la Seconde Guerre mondiale
Grenades de la Seconde Guerre mondiale
La Wehrmacht a abandonné en France des quantités de matériels d’instruction chimique. NE PAS TOUCHER - DANGER DE MORT !
La Wehrmacht a abandonné en France des quantités de matériels d’instruction chimique. NE PAS TOUCHER - DANGER DE MORT !
Quelques exemples d'explosifs
Quelques exemples d'explosifs

On estime que 20 % des munitions tirées pendant la Grande Guerre n’ont pas explosé. Soit que leur mécanisme ait été défaillant (en raison notamment d’une fabrication en urgence), soit qu’elles aient percuté un sol trop meuble, ou sous un angle inefficace. Mener une campagne de déminage systématique serait bien trop coûteux. Certaines munitions ont été ensevelies à plusieurs mètres de profondeur. Seul le travail mécanique de la terre ou le hasard de travaux de terrassement peuvent les faire remonter. De quoi occuper encore les démineurs pour plusieurs années.

Le risque principal survient lorsque les munitions ont été extraites du sol. Même peu enfoncées, la terre les maintient à température relativement constante, ce qui prévient leur dégradation. Tout engin explosif, même rouillé et ancien, reste dangereux. Seuls les démineurs de la Sécurité Civile ou des armées sont habilités à procéder au relèvement ou à la destruction d’engins explosifs militaires ou de fabrication artisanale.

EN PRATIQUE

  1.  Ne JAMAIS toucher ! La munition peut encore exploser ou avoir des produits chimiques qui s'échappent.
  2.  Repérer l'endroit de la découverte sur une carte, prendre des repères visuels et faire un balisage discret.
  3.  Prévenir les autorités (mairie, police, gendarmerie, ONF) qui avertiront la Préfecture via le formulaire d'enlèvement d'engins de guerre. Si il y a des fumées, flammes ou odeurs, il faut prévenir en urgence la Préfecture du département.

 

Quelques conseils à suivre...

  • Si un projectile quelconque émet une fumée, ou une odeur particulière : ne jamais rester sous le vent, prendre de la distance, appliquer un périmètre de sécurité et prévenir en urgence les services de la Préfecture.
  • Tout engin de guerre doit être traité par des démineurs qualifiés. Leur signaler rapidement vos trouvailles : l'engin enlevé aujourd'hui ne tuera plus demain. Le danger potentiel des engins augmente avec le temps et la corrosion, qu'il soit explosif ou toxique. 
  • En cas d'inhalation de toxique, ou même de suspicion de contamination, consulter d'urgence un médecin. Bien souvent les premiers symptômes mettent des heures à apparaître, alors qu'il est trop tard pour appliquer les soins les plus utiles.
  • Refusez tout contact avec les chercheurs de souvenirs de guerre qui prennent des risques personnels et mettent en danger la population en transportant, en démontant et en mettant sur le marché des engins découverts.

 

Il est du devoir de chacun d'informer les démineurs de toute découverte d'engin de guerre susceptible de représenter un risque pour les populations ou l'environnement. La demande d'intervention des démineurs est un acte de civisme.

Articles liés

L’archéologie de la Première Guerre mondiale : un essor récent

La Première Guerre mondiale a laissé des traces nombreuses et profondes dans le sol des régions concernées. La guerre de position a en effet vite imposé aux belligérants de se protéger dans des abris enterrés et de circuler grâce à un réseau complexe de tranchées et boyaux. De la mer du Nord à la Lorraine, le territoire est physiquement marqué par des aménagements très variés : usage du bois et de la terre, du béton (armé ou non) et de la maçonnerie, du métal (IPN, tôle)…

Mémorial virtuel