Aller au contenu principal
Carte postale allemande du cimetière provisoire d'Ailles, village détruit du Chemin des Dames (Aisne)
[Ailles] Carte postale allemande du cimetière provisoire
A-
A
A+

Mur du souvenir

Vous souhaitez laisser un message de votre visite sur le Chemin des Dames,  laisser un témoignage sur la Grande guerre ou rendre hommage à votre aïeul mort ou blessé sur le Chemin des Dames ?
Vous avez un lien particulier avec cette période de notre histoire et le Chemin des Dames ?

Dîtes-le avec vos mots, photos ou même vidéos. Laissez un témoignage.

A mon grand oncle

11/08/2021

A la mémoire de mon grand oncle que je n'ai pas connu, soldat du 6ème bataillon de chasseur à pied, mort pour la FRANCE le 23 octobre 1917 à la bataille de Vailly sur Aisne dans l'Aisne 

251ème Régiment d'Infanterie
10/08/2021

Je tiens à perpétuer le souvenir de mon grand-oncle Valentin FURET, prêtre, brancardier, de la 2ème compagnie du 251e RI, tué par balle à 6h 30 lors de l'assaut général le 16 avril 1917 à Berry-au-Bac, à la côte 108. D'après l'acte de décès, deux soldats ont bien témoigné qu'il avait été tué par balle, mais il est porté disparu. Il a été cité à l'ordre de la Division et a reçu la Croix de guerre avec étoile d'argent.

À la mémoire de
DAGUET André Théophile
156ème Régiment d'Infanterie
29/04/2021

André a quitté le bourg de Ceyroux (dans sa creuse natale) où il cultvait la terre familiale pour rejoindre le service militaire  le 1er octobre 1912. Il n'y reviendra jamais vivant, comme tant de jeunes hommes de sa génération.

Incorporé au service militaire le 01/10/1912 (il a d'abord été cavalier, puis dragon), il a été incorporé dans le cadre de la mobilisation nationale le 11/08/1914 (à l'âge de 23 ans) au 2ème régiment de Dragons puis est passé au 156ème régiment d'infanterie le 09/01/1916.
Il a été blessé le 02/07/1916 à la bataille de Hardecourt aux Bois (80). Mais à cette bataille, il en ressortira "qu'avec" une plaie au bras gauche provoquée par un éclat d'obus.
C'est finalement au chemin des dames qu'il tombera face à l'ennemi  le 19/05/1917. Il n'avait que 26 ans, n'a jamais pu se marier, ni avoir d'enfant.

C'était le frère de mon arrière grand-mère, âgée de 20 ans à sa mort. Il ne verra jamais sa petite soeur en mariée.

Sabrina FOURGEAU
À la mémoire de
QUEVREMONT Alfred Joseph
4ème Régiment de Zouaves
18/04/2021

Je  tiens  à  rendre  hommage  à mon  grand-oncle  Alfred  tué  à  l'ennemi   et  jamais  rendu  au  sien  comme  son  frère   Marcel  et  qui  n'a  pas  de  sépulture où  nous  recueillir.

Corinne QUEVREMONT
329ème Régiment d'Infanterie
09/01/2021

Un message pour marquer mon immense respect et mettre en avant le sacrifice de mon arrière-grand-oncle Edmond DELVALLÉE, jeune frère de mon arrière grand père Léon, lui même gravement blessé dès aout 1914 à la tête de sa section pendant la guerre de mouvement et captif de l'ennemi après avoir été laissé pour mort sur le champ de bataille.

En attendant de venir physiquement avec mon fils à la nécropole nationale de Vauxbuin pour nous recueillir sur sa tombe, je continue mes recherches pour connaitre son parcours pendant cette guerre et connaitre les circonstances de sa mort.

Ce triste jour du 5 mai 1917 laissera seule sa jeune épouse Marie Florence FLORIN.

"Merci pour ton sacrifice Edmond. Honneur et respect!"

Alexandre DELVALLÉE
À la mémoire de
MAURIN Adrien
109e Régiment d'Infanterie
23/12/2020

A la mémoire du premier canonnier servant  Adrien MAURIN mort au combat. Pour tout ce qu'il aurait fait s'il avait vécu, pour la femme qu'il aurait épousé et les enfants qu'il auraient eu ensemble. Leur vie, leurs joies, leurs peines. Les cousins que j'auraient connues. En pensant également à son frère Albert, blessé au combat au Chemin des Dames qui a du reconnaitre le corps de son frère et le ramener à leur mère.

Michel JEAN
À la mémoire de
LOIZEAU Auguste Marie
28e Régiment d'Infanterie
08/12/2020

Hommage à Auguste Marie qui, ainsi que ses deux frères en 1916, sont morts pour la France (ni soeurs, ni autre frère). C'étaient les cousins germains de ma grand-mère.

À la mémoire de
LAINÉ Joseph
321ème Régiment d'Infanterie
04/12/2020

A la mémoire de,

Lainé Joseph

Né le 30 Novembre 1885

321 ème Régiment d'Infanterie

Mort pour la France le 13 Novembre 1914 à FONTENOY rive Droite de l'AISNE

Hommage à mon grand-père maternel,

Après de nombreuses recherches nous n'avons pas pu retrouver ton corps.

Ton frère François Marcellin a été tué lui aussi pendant cette guerre le 2 Octobre 1915 à DUISANS PAS DE CALAIS

Tes parents Jean-Baptiste et Marguerite ont perdu leur 2 fils.

Ta femme Marie est restée habiter au village du MARCELLEIX et a élevé avec tes parents, tes 2 filles,

Marguerite âgée de 2 ans et Simone âgée de 9 mois.

Marguerite s'est mariée avec Alfred MOMBELLET et a eu 4 enfants:

Josette, Jean, Claudine et Georges.

Elle a connu ses 10 petits enfants et des arrières petits enfants.

Elle est restée habiter au village du MARCELLEIX

Simone s'est mariée avec Amédée COUSTEIX et a eu 3 enfants:

Ginette, Gilles et Claude

Elle a connu ses 5 petites filles et des arrières petits enfants

Elle a habité proche du village du MARCELLEIX au TRUCQ

Tes filles ont toujours honoré ta mémoire aux monuments aux morts.

Repose en paix, les familles MOMBELLET et COUSTEIX.

Jean MOMBELLET

Didier MOMBELLET

Hommage à mon grand oncle Aide-Major au 152° d'Infanterie.

24/11/2020

J'ai toujours gardé la mémoire de ce frère de ma grand-mère que j'ai bien connu étant enfant. Il a entre autre participé au Chemin des Dames avec son régiment, le quinze-deux qu'il n'a jamais quitté de 1914 à 1919. C'est un héros familial. Son portrait accompagné de ses décorations (Croix de guerre avec 9 citations et LH) ornent le mur de mon bureau depuis plusieurs dizaines d'années.

Xavier LAROUDIE

Tristesse

15/11/2020

Je viens de mettre à jour dans la généalogie de ma grand mère paternelle ce frère Maurice qu'elle a perdu alors qu'elle avait 17 ans. Pudiques comme savaient l'être nos aieux, j'ignorais ce fait de guerre. Aujourd'hui je voulais rendre hommage et faire ressurgir des limbes l'espace de quelques instants ce Maurice Debuyser mort pour la France à l âge de 23 ans, en 1916.  Je comprends d'autant mieux maintenant que ma grand mère ait donné comme deuxième prénom à son premier né (mon père), Maurice; son hommage à elle.    
Paix et respect à tous ces morts,  gratitude infinie. 

Sylvie BEAURAIN (DUFLOS DEBUYSER)

Mémorial virtuel