Aller au contenu principal
Soldat français lançant des grenades sur les tranchées allemandes, entre Cerny et Ailles (Aisne)
Lancement de grenades contre les tranchées allemandes de Cerny à Ailles.
A-
A
A+

Septembre-Novembre 1914

La première bataille du Chemin des Dames

L

a contre-offensive lancée par le général Joffre à partir du 5 septembre 1914 permet aux troupes françaises et anglaises d'atteindre l'Aisne le 13 septembre entre Venizel et Berry-au-Bac.
Pendant que la cavalerie du général Conneau s'avance dans la plaine jusqu'à Sissonne entre les 1ère et 2ème armées allemandes, des unités du 18ème Corps de la 5ème armée française et des bataillons du 1er corps d'armée britannique prennent pied sur le plateau du Chemin des Dames.

Mais le 14 septembre voit l'arrêt de la progression franco-britannique. Côté allemand en effet, des troupes arrivées de Maubeuge (7ème corps d'armée) et de Lorraine (15ème corps) permettent de constituer une 7e armée qui s'intercale entre la 1ère et la 2ème armée.
Les Britanniques doivent creuser leurs premières tranchées le 14 septembre sur les pentes sud du Chemin des Dames, entre Vendresse et la sucrerie de Cerny.

Du 15 au 20 septembre, chacune des deux armées cherche à percer le front adverse entre Cerny et Craonne au prix de pertes importantes.

De nouvelles tentatives ont encore lieu du côté allemand du 26 au 29 septembre, puis côté français le 30 septembre et du 12 au 14 octobre, sans résultat décisif.
Dans la première quinzaine du mois d'octobre, les trois corps d'armée britanniques intercalés entre la 6e armée française à l'ouest et la 5ème armée à l'est sont progressivement relevés par des troupes françaises.
Les Britanniques ne reviendront sur le Chemin des Dames qu'au printemps 1918.

Le 29 octobre, les Allemands lancent une attaque en direction de Vailly-sur-Aisne qui leur permet en quelques jours d'occuper le bourg et de franchir l'Aisne mais ils ne peuvent dépasser le canal.

Du 6 au 13 novembre, une dernière tentative française de reprendre le plateau entre Ostel et Braye se heurte à une vive résistance allemande à La Cour-Soupir et à Chavonne.
A partir de la mi-novembre 1914, commence sur le Chemin des Dames une guerre de positions qui dure jusqu'au printemps 1917.

Guy MARIVAL

Mémorial virtuel